Carnet 1

Carnet 1- Du 1er janvier 1963au 9 mai 1963

 

16 ans

 

1963

 

01/01/1963 dates jusqu’au 14/03 arbitraires car non notées dans carnet 

 

CITATION – LITTÉRATURE 

 

LECTURE,rêverie,poétique,linéarité,Bachelard

 

« Le lecteur ne lit le livre que « linéairement » en suivant le fil des événements humains. Pour lui, les événements n’ont pas besoin de tableau. Mais de combien de rêveries nous prive la lecture linéaire ! » « Poétique de l’espace » (G. Bachelard)

 

02/01/1963 

 

CITATION – CINÉMA 

 

« Le producteur doit exposer des capitaux considérables pour rémunérer les coauteurs, les techniciens, le réalisateur, les interprètes. Avant même que la première recette ait été perçue, il doit encore payer la location des studios, les décors, le matériel, les laboratoires, effectuer une publicité coûteuse » (« Droit du cinéma » J. Raynal)

 

10/01/1963 

 

CITATION – CINÉMA 

 

« Les producteurs mettent l’accent sur les risques exceptionnels de leurs entreprises, sur l’échelonnement des rentrées de fonds pendant de longues années et sur le faible pourcentage des recettes qui leur revient finalement après règlement de tous les autres droits ; ils souhaitent en conséquence la réduction de la fiscalité, le maintien à leur profit de l’aide financière de l’État et de la protection accordée au film français contre la concurrence étrangère. » (« Droit du cinéma » J. Raynal)

 

11/01/1963 

 

CITATION – CINÉMA 

 

(Mode de calcul de la subvention) « Le chiffre de la subvention est calculé en fonction des recettes produites par un ou plusieurs film réalisé antérieurement par le même producteur » (« Droit du cinéma »)

 

13/01/1963 

 

LECTURE

 

Lu J. Charon : « Connaissance de l’univers » M’a ouvert des horizons nouveaux : le cosme.

 Lu Père Teilhard de Chardin « La place de l’homme dans la nature » Le développement sur la civilisation : très intéressant (principe de la recherche)

 Lu G. Bachelard : « Poétique de l’espace » Trouvé confirmation de la nouvelle vision de l’objet poétique. Malheureusement interprétation traditionnelle.

 

15/01/1963 

 

RÉFLEXION – SPIRITUALITÉ 

 

Les plus grands penseurs contemporains déistes. Comment expliquer cela ?

 

17/01/1963 

 

À LIRE 

 

Lire « Le nouvel esprit scientifique »(Bachelard)

Extension de la biologie à la sociologie (Laborit) ?

 Bouquins de sociologie

« Les romans de Robbe-Grillet » (B. Morissette)

Retrouver l’article de M. Mourlet (in « Cahiers du Cinéma »)

Lire « Le Capital »

« Introduction à la psychanalyse »

 

20/01/1963 

 

CITATION- SCIENCE 

 

« La science est un produit de l’esprit humain, produit conforme aux lois de notre pensée et adapté au monde extérieur. Elle offre donc deux aspects, l’un subjectif, l’autre objectif, tous deux également nécessaires, car il nous est impossible de changer quoique ce soit aussi bien aux lois de notre esprit qu’à celles du monde. »(« La vérité scientifique » 1908 Bouty)

 

22/01/1963 

 

CITATION- SCIENCE 

 

(Lalande) « La Science ne vise pas seulement à l’assimilation des choses entre elles mais aussi et avant tout à l’assimilation des esprits entre eux. »

  confirmation de la théorie de la « convergence » de T. de Chardin.

Le phénomène scientifique a rapproché les corpuscules « culturelles ».

 

24/01/1963 

 

CITATION- SCIENCE 

 

(G. Bachelard « Le nouvel esprit scientifique ») « Au-dessus du sujet, au-delà de l’objet immédiat, la science moderne se fonde sur le projet. » (G. Bachelard « Le nouvel esprit scientifique »)

 

26/01/1963 

 

CITATION 

 

G. Bachelard : « On ne peut imaginer une chose sans poser quelque action sur cette chose » (Microphysique) G. Bachelard

 

10/02/1963 

 

CITATION

 

G. Bachelard : « Par son développement énergétique, l’atome est devenir autant qu’être, mouvement autant que chose. Il est l’élément du devenir-être schématisé dans l’espace temps »

 

25/02/1963 

 

CITATION

 

« Considéré au point de vue de l’expérience des sens, le développement du concept d’espace paraît pouvoir se représenter par le schéma suivant : objet corporel – relations de positions d’objets corporels – intervalle – espace. Dans cette manière de voir, l’espace apparaît comme quelque chose de réel ; au même titre que les objets corporels. » (Einstein – « Comment je vois le monde »)

 

27/02/1963 

 

RÉFLEXION – URBANISME

 

Des points importants : il me semble que l’urbanisme (bien réalisé) n’est pas fondé sur autre chose que l’espace, non seulement sous le rapport purement « architectural » mais encore économique et culturel. Notamment cela apparaît avec le développement des moyens de transport et l’importance grandissante des déplacements qui crée de plus en plus la notion de voie et de carrefour surtout, qu’il s’agit de retrouver puisqu’elle est diluée dans le phénomène de prolifération urbaine.

 

28/02/1963 

 

RÉFLEXION – DÉTERMINISME

 

Il faut régler la question du déterminisme * ; mais quand aurai-je les moyens d’y parvenir ?

– Relire le chapitre de Bachelard dans « Le nouvel esprit scientifique »

Tentative d’interprétation de ce chapitre

1ère partie : le déterminisme est ennemi de la complexité. Il réduit les phénomènes à une série de causes et d’effets sans tenir compte des intervalles 

 

( * la nouvelle notion de « micro-durée » y suffit-elle ?)

 

28/02/1963  

 

RÉFLEXION – SCIENCE – SPIRITUALITÉ

 

Réponse au déisme des grands penseurs contemporains : élévation vers une pensée spiritualiste désincarnée du fait de leur ascétisme scientifique (Victor) [Les grands penseurs explorent la science à fond et, en découvrant les limites, consentent à expliquer le monde par un Dieu.] 

 


(Le passage entre crochets a été barré)

 


Mais est-il prouvé que la science a des limites ? Non.

 

Suite de la note insérée ici, mais plus tardive (date inconnue. Quelques mois plus tard)

Je reprends ce problème en relation avec les données acquises à la fin de ce carnet.

Notre époque est essentiellement devenir, tension vers… 

Dans cette optique, la morale nouvelle est une morale « de mouvement », c’est-à-dire de dépassement.

L’intuition se doit de dépasser la question posée.

Bachelard demande des pensées appelant d’autres pensées.

L’intuition étant elle-même une « autre » intuition, elle est (écriture interrompue)

 

12/03/1963 

 

RÉFLEXION 

 

D’ores et déjà la psychologie de la forme est une psychologie de synthèse (Cf. l’anarchie de la méthode analytique en Allemagne au début du XXème qui donne la Gestalt Théorie)

 

13/03/1963 

 

À LIRE- CINÉMA

 

Bela Balazs : « L’Esprit des films » (1930)

 « L’art du Cinéma » (1948 )

 

14/03/1963 

 

VÉCU -femmes

 

Ai pensé à toi toute la journée – Ai mal au ventre de t’aimer– Je te veux dans mes bras

 

entre le 14 et 18/03/1963

 

À LIRE – LITTÉRATURE

 

Rousset : « Baroque littéraire » (« Circé et Pan » ?) (Editions Corti)

 


« Anthologie du fantastique » (R. Caillois)

 


Roger Bacon

 

18/03/1963 

 

VÉCU -FEMMES 

 

Je t’ai revue. Entrevue trop brève et sibylline. Ton de geste de la main ne suffit pas à m’assurer ni de ton amitié ni de ton amour. Il faudra donc que je te force.

 

IDÉE SCÉNARISTIQUE 

 

Ligne de force : on peut tourner dans un lieu intéressant (unité de lieu) comme un château avec un parc (Bagatelle, Sceaux).

Le point de départ : une bande de jeunes arrive chez des copains à l’aube : ils passent la journée.

Pourquoi cette unité de lieu et un parti pris de non-vérité ? C’est contre notre premier propos.

Parce que, étant donné que c’est l’acte qui nous intéresse d’abord, on peut se servir de l’absurde pour détacher l’acte. Et, convenablement mise en scène, cette unité de lieu peut nous introduire dans l’absurde. Dès lors l’acte prend une valeur irréelle : soit dans le grotesque soit dans le poétique.

Néanmoins il faut rejoindre l’humain : on le peut en décernant des « monopoles », c’est-à-dire en concevant le film comme une scène où entreraient des personnages, où ils agiraient un temps puis d’où ils s’en iraient. Et certains actes seraient réservés à certains personnages qui s’effaceraient, reviendraient, comme des leitmotive avec les variations que constitueraient les actes. Ainsi il y aurait dans le film deux thèmes : les êtres et les décors et la mise en scène consisterait en variations sur ces deux thèmes avec des interférences.

En fait l’opposition entre le ridicule et le poétique de l’acte serait moins marquée que prévu. Il y aurait au contraire une constante confusion.

L’absurdité peut servir à détacher le mécanisme. Il faut bien faire ressortir que ce lieu est un lieu de villégiature, et certains des jeunes gens conserveraient même dans ce lieu de poésie des vacances des manières, des habitudes.

Je reviens à l’absurde : pourquoi ce moyen ? L’absurde dans ce lieu nous introduit dans un nouveau monde et c’est seulement dans cette nouveauté que ces manies, ces actes inutilement répétés, deviendront ridicules : justement parce que dans ce nouvel univers absurde il manque les références sur quoi se fondent ces manies. Mais alors on peut penser qu’on ne rejoint pas ainsi le réel puisque l’acte n’est ridicule que dans l’œuvre.

Mais l’absurde est poétique : il permet une vision lucide et intense à la fois qui est celle de la poésie.

N’est poétique que ce qui souffre de n’avoir pas de références. Telle doit être la leçon du film.

Et justement l’accéléré qui est l’absurde.

L’accéléré jette une lumière absurde sur l’acte qui le classe dans une des deux catégories : l’acte non poétique ridicule visé par l’absurde, l’acte poétique magnifié par l’absurde.

Après réflexion : l’harmonie de l’acte accéléré n’existe que si l’on peut l’observer d’un regard serein sans sentir qu’il lui manque quelque chose.

L’acte trouble, non poétique au contraire demande un retour au réel, une réintroduction dans le quotidien, il souffre de l’absurde alors que l’autre s’en accommode. La mise en scène doit obéir à ces règles. Je la sens.

 

20/03/1963 

 

VÉCU – femmes

 

Je pense à toi cet après-midi, comme hier, et avant-hier aussi. Chaque jour je pense à toi, quand je m’ennuie et que je suis seul, et même quelquefois au milieu des conversations. Es-tu vraiment si jeune, ou si mûre [Saurai-je te convaincre et sauras-tu m’accepter… ? (1) ]

J’ai bien peur d’être trop triste, ou trop gai et de n’avoir rien à te dire.

Petite bourgeoise de mes rêves : tu m’as retransporté en plein romantisme, c’est souvent bien bon mais aussi parfois bien amer, bien triste.

Je t’ai vue si peu : je m’interroge, réduit aux suppositions, réduit à épeler tes gestes, tes sourires et tes brefs mouvements. J’ai peur de te blesser, de devenir ton ami, de ne plus avoir envie de toi.

Après les rires que j’ai appris à susciter et à suivre depuis quelques mois, je retourne à mon inquiétude première, doutant de moi, de toi, avec aussi de brusques envies de te serrer, de te faire mal peut-être, essayant de cesser cet incessant questionnaire qui est devenu une obsession : comment me considères-tu exactement ?

Que déduire de tes attitudes ? J’ai à la fois peur et désir fou de te revoir, de te voir, de t’écouter et de me taire…

Je me crois déjà sûr de toi, et toi sûre de moi, nous faisant confiance…

[Je voudrais tant caresser simplement tes cheveux, alors que tu parlerais à d’autres, dans un café quelconque… (2) ]

Je saute une portion de temps, je passe surtout ce qui sera nécessaire : le temps de l’interrogation, les efforts inutiles, les questions, les réponses…

J’ai peur d’avoir trop confiance en toi et je t’interroge…

 

(1) Le passage entre crochets a été barré et une note a été écrite entre les lignes, d’une écriture moins enfantine : « Deux ans après je repense à cette fille : c’était une gamine et j’étais un gamin d’ailleurs. »)

(2) ce texte est commenté par la note suivante : « Deux ans après j’ai pu enfin le faire. »)

 

20/03/1963 

 

CITATION – URBANISME

 

« Ce n’est que du point de vue d’une nouvelle conscience que peuvent être désormais envisagés les problèmes de l’architecture et de l’urbanisme. » (Ouverture du cinquième congrès CIAM de Paris 1937)

 

20/03/1963 

 

CITATION – ARCHITECTURE

 

« Sur le béton brut on voit le moindre incident du coffrage, les fibres du bois, les nœuds du bois, etc. Et bien, ces choses-là sont magnifiques à regarder, elles sont intéressantes à observer, elles apportent une richesse à ceux qui ont un peu d’invention. »(Le Corbu. Plan de Paris. 36 – 22)

 

21/03/1963 

 

CITATION – ARCHITECTURE

 

« L’architecture est le jeu savant, correct et magnifique des volumes assemblés sous la lumière. »(Le Corbusier. Plan de Paris)

 

21/03/1963 

 

VÉCU – MUSIQUE

 

Je pense en l’écoutant à « What’d’I say ». Pourquoi ça a marché ? Parce que c’est une œuvre merveilleuse qui a dû faire sentir un garçon et à une fille combien ils étaient liés, alors qu’ils l’écoutaient, ensemble, l’un à côté de l’autre. [Ouais] 

 

 (Le texte entre crochets a été rajouté plus tard)

 

21/03/1963 

 

CITATION

 

« On a créé les chiffres pour mesurer. Le 19ème siècle a disposé d’appareils de mesures si immensément différents de ceux des époques antérieures que le chiffre a pris une autre valeur et que le calcul est né véritablement. » (Le Corbu)

 

21/03/1963 

 

CITATION

 

« Tout notre effort : à la poursuite de l’unité »(Le Corbusier)

 

21/03/1963 

 

CITATION – PSYCHOLOGIE

 

« Elle ne fait pas de l’intelligence un domaine séparé ; elle rejette toute distinction des fonctions sensitives et des fonctions intellectuelles parce qu’elle rejette le dualisme de la matière et de la forme. L’intelligence n’est pas créatrice d’un ordre étranger à la nature de ses éléments ; elle n’est que l’expression de l’organisation spontanée et manifeste d’un tout en vertu de ses lois internes. »(Pierre Guillaume – « Psychologie de la forme »)

 

21/03/1963 

 

CITATION – PSYCHOLOGIE

 

Référence au montage d’Eisenstein : Fechner se demandait si la vue d’un sourire humain qui précéderait régulièrement de mauvais traitements, celle d’un visage sévère qui précéderait des caresses, pourrait prendre aux yeux d’un enfant des significations contraires à celles que ces expressions possèdent dans la vie ordinaire. » (Psychologie de la forme)

 

22/03/1963 

 

CITATION – PSYCHOLOGIE

 

Cf. Rousseau (distinction contre la sensibilité et l’intelligence)

« Le côté mental ou central de l’expression obéit au même dynamisme que son côté périphérique ; on peut décrire dans la pensée de l’homme ému les mêmes pulsations que dans ses réactions musculaires ; les « mouvements » secrets de l’âme et les mouvements manifestes ou cachés du corps sont l’image les uns des autres ; il est souvent impossible, parmi les termes qui s’appliquent à l’émotion, de séparer ce qui désignerait exclusivement soit le symptôme objectif soit l’impression subjective ; le même terme a généralement la double valeur, non seulement parce que les deux faits sont contigus mais parce qu’ils sont semblables. » (Psychologie de la forme)

 

22/03/1963 

 

RÉFLEXION

 

Référence à l’oracle biblique de la trahison : le Gestalt est déterminé d’avance : il ne s’agit pas là d’un déterminisme de cause à effet parallèle au temps mais d’une entité dont l’état est à la fois passé, présent et futur (peut-être négation du déterminisme) [marxiste ?]

 

 (Le texte entre crochets a été rajouté plus tard)

 

23/03/1963 

 

RÉFLEXION

 

La civilisation qui se veut symétrique n’est-elle pas le signe de la recherche innée de la symétrie ?

 

23/03/1963 

 

CITATION – PSYCHOLOGIE

 

(Psychologie de la forme – Le moi et l’action) »L’aspect de l’objet (ou même parfois son existence subjective) dépend du besoin du sujet ; inversement le besoin du sujet dépend de l’aspect de l’objet. Cette interdépendance exclut le déterminisme de type machine, mais elle est compatible avec les modèles de déterminisme que nous avons trouvé dans les formes physiques. »

 

24/03/1963 

 

VÉCU – femmes

 

Je t’ai revue avant-hier. J’ai compris hier que tu ne m’aimais pas, quand tu n’es pas venue. Puisque tu ne m’aimes pas, il faut que tu m’aimes ; seule la méfiance est à craindre : ai-je fait un faux pas ?

 

25/03/1963 

 

VÉCU – FEMMES

 

Ai-je fait un faux pas ?

 

26/03/1963 

 

RÉFLEXION – POLITIQUE

 

Un jeune seul est perdu : notre seule solution est de nous unir ?

 

Commentaire du 29 novembre 2011 

 

Nette prémonition du mouvement de Mai 68, qui fut un mouvement de rassemblement de la jeunesse autant que politique 

 

   Commentaire écrit à 64 ans

 

27/03/1963 

 

RÉFLEXION – POLITIQUE

 

On fait d’abord la Révolution. C’est en fonction de notre volonté de détruire et de ce [qu’il faut détruire] (le texte entre crochets a été rayé et remplacé par « qui existe ») que nous saurons ce qu’il faut construire. [NON](1)

 

(1)(le texte entre crochets a été rajouté et entouré)

 

28/03/1963 

 

 IDÉE SCÉNARISTIQUE

 

Sur une musique de J. S Bach : sorte de comédie musicale non chantée mais dansée dans une cour sombre dont les fenêtres se ferment l’une après l’autre ( 2 clavecins et orchestre à cordes)

 

29/03/1963 

 

VÉCU -femmes

 

Tu sais : j’en suis arrivé à l’état d’esprit de Roland. À l’instant j’ai cherché ton visage et pendant quelques secondes je ne l’ai pas trouvé. Je t’aime avec indifférence et j’attends ce « moment » dont Roland a parlé, où je t’aimerai entièrement. Je t’aime encore mais d’une façon différente. Je crois que j’ai moins envie de toi.

 

04/04/1963 

 

VÉCU –femmes

 

Et voilà : c’est fini. J’ai eu mal très fort un moment. J’ai encore mal mais d’une autre façon et je suis sûr de t’oublier un jour : c’est ce qu’il y a de mieux à faire. Puisque tu ne veux pas de moi (j’en suis sûr) je ne me changerai pas pour t’illusionner ; je serai tel que je suis toujours sinon c’est le mensonge et ce n’est pas possible d’aimer ainsi. [NON]

(texte rajouté et entouré peu de temps après)

 

05/04/1963 

 

VÉCU -femmes

 

Pourquoi ne pas épuiser la situation ?

Tu peux m’aimer sans avoir osé le dire…

Je te reverrai et lorsque nos regards se croiseront, nous comprendrons tous les deux…

Tu peux m’aimer sans avoir osé le dire…

Nous nous reverrons, par hasard, je fuirai ton regard, tu ne comprendras plus, et les amis nous parleront, nous forcerons à nous revoir, notre histoire deviendra énorme, ce sera le malentendu, la fuite. Tu peux l’aimer et le lui dire : j’aurais très mal.

Tu peux l’aimer sans avoir (?) le dire…

Il te verra et te forcera à répondre, anxieux.

Il te fuira et ce sera un nouveau malentendu…

Se revoir, ne pas se parler, se sourire, subtile mosaïque, je préfère prendre ainsi notre histoire, j’ai trop peur de beaucoup souffrir…

Je n’ai vraiment pas de chance…

 

[Et non… !]

 

Le texte entre crochets a vraisemblablement été rajouté plus tard

 

06/04/1963 

 

LIRE

 

Lire « Le ruban de Möbius»

 (Éditions Cercle du livre)

 Jean Canteins

 

07/04/1963 

 

RÉFLEXION

 

« L’esprit de l’homme qui rêve se satisfait pleinement de ce qui lui arrive… La facilité de tout est inappréciable. »

 Pourtant il existe des moment du rêve où l’on a de grandes difficultés à marcher, à courir. On a peur, on est angoissé : le rêve n’est pas un lieu privilégié d’aisance, c’est aussi le royaume de la souffrance.

 

08/04/1963 

 

RÉFLEXION – POLITIQUE

 

Ce qu’il faut construire ne viendra pas de ce qu’on aura détruit.

Il faut qu’il y ait un projet, une possibilité fondée sur ce qui existe maintenant et qui est pollué par certains immondices qu’on doit détruire, eux, et supprimer.

 

Commentaire du 29 novembre 2011 

 

Encore une prémonition de Mai 68, mais de son échec, cette fois, car pas de projet (sinon celui des groupes d’extrême-gauche) 

 

   Commentaire écrit à 64 ans

 

09/04/1963 

 

CITATION

 

En relation avec la thèse du Dr Laborit sur l’art (Cf. interview) :

 « L’Homme énergique et qui réussit, c’est celui qui parvient à transmuer en réalité les fantaisies du désir. »

 « Si [l’individu] possède le don artistique, psychologiquement si mystérieux, il peut, au lieu de symptômes, transformer ses rêves en création artistique. Ainsi échappe-t-il au destin de la névrose et trouve-t-il par ce détour un rapport avec la réalité. » (Freud)

 

10/04/1963 

 

CITATION – LITTÉRATURE

 

 Du surréalisme en ses œuvres vives ») « Ce besoin de réagir de façon draconienne contre la dépréciation du langage » : (Lautréamont, Rimbaud, Mallarmé, Lewis Carroll)

 « Cabale phonétique » « langage des oiseaux » (J. P. Brisset, Raymond Roussel, Marcel Duchamp, Robert Desnos)

 « Révolution du mot » (Joyce, E. E. Cummings, – Michaux)

 

11/04/1963 

 

CITATION

 

Joyce vu par Breton : « Au courant illusoire des associations conscientes, Joyce opposera un flux qu’il s’efforce de faire saillir de toutes parts et qui tend en fin de compte à l’imitation la plus approchante de la vie (moyennant quoi il se maintient dans le cadre de « l’art », retombe dans l’illusion romanesque, n’évite pas de prendre rang dans la longue lignée des naturalistes et expressionnistes »

 Antithèse constituée par « l’automatisme psychique pur » : « [Ce dernier] qui commande le surréalisme opposera le débit d’une source qu’il ne s’agit que d’aller prospecter en soi-même assez loin et dont on ne saurait prétendre diriger le cours sans être assuré de la voir aussitôt se tarir. »

 


Second Manifeste : « Tout porte à croire qu’il existe un certain point de l’esprit d’où la vie et la mort, le réel et l’imaginaire, le passé et le futur, le communicable et l’incommunicable, le haut et le bas, cessent d’être perçus contradictoirement. Or c’est en vain qu’on chercherait à l’activité surréaliste un autre mobile que l’espoir de détermination de ce point. » 

 


– « C’est même du bouillonnement écœurant de ces représentations vides de sens que naît et s’entretient le désir de passer outre à l’insuffisante, à l’absurde distinction du beau et du laid, du vrai et du faux, du bien et du mal. Et, comme c’est du degré de résistance que cette idée de choix rencontre que dépend l’envol plus ou moins sûr de l’esprit vers un monde enfin habitable, on conçoit que le surréalisme n’ait pas craint de se faire un dogme de la révolte absolue, de l’insoumission totale, du sabotage en règle, et qu’il n’attende encore rien que de la violence. » 

 


« À quand les logiciens, les philosophes dormants ? » 

 


« Mon rêve de cette dernière nuit peut-être poursuit-il celui de la nuit précédente et sera-t-il poursuivi la nuit prochaine, avec une rigueur méritoire. » 

 


« Le merveilleux est toujours beau, n’importe quel merveilleux est beau, il n’y a même que le merveilleux qui soit beau. » 

 


(Lire « Le moine » de Lewis) « Le merveilleux n’est pas le même à toutes les époques : il participe obscurément d’une sorte de révélation générale dont le détail seul nous parvient… » 

 


« L’homme propose et dispose. » 

 


« Sur le fond du problème qui est des rapports de l’esprit humain avec le monde sensoriel, le surréalisme estime que nous devons chercher à « comprendre la nature d’après nous-mêmes… » 

 


SURRÉALISME, n. m : Automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale. » 

 


 « Si l’on s’en tient, comme je le fais, à la définition de Reverdy, il ne me semble pas possible de rapprocher volontairement ce qu’il appelle « deux réalités distantes ». Le rapprochement se fait ou ne se fait pas, voilà tout. 

 


« C’est du rapprochement en quelque sorte fortuit des deux termes qu’a jailli une lumière particulière, lumière de l’image, à laquelle nous nous montrons infiniment sensibles. La valeur de l’image dépend de la beauté de l’étincelle obtenue ; elle est par conséquent fonction de la différence de potentiels entre les deux conducteurs… « Or il n’est pas à mon sens au pouvoir de l’homme de concerter le rapprochement de deux réalités si distantes. » 

 


« L’esprit se convainc peu à peu de la réalité suprême de ces images. Se formant d’abord à les subir, il s’aperçoit bientôt qu’elles flattent sa raison, augmentant d’autant sa connaissance. Il prend conscience des étendues illimitées où se manifestent ses désirs, où le pour et le contre se réduisent sans cesse, où son obscurité ne le trahit pas. » 

 


« Sans elles [des conditions d’asepsie morale] il est pourtant impossible d’arrêter ce cancer de l’esprit qui réside dans le fait de penser par trop douloureusement que certaines choses « sont », alors que d’autres qui pourraient si bien être, ne « sont pas ». Nous avons avancé qu’elles doivent se confondre, où singulièrement s’intercepter à la limite. Il s’agit, non d’en rester là, mais de ne pouvoir faire moins que de tendre désespérément à cette limite. L’homme qui s’intimiderait à tort de quelques monstrueux échecs historiques est encore libre de croire à sa liberté. Il est son maître, en dépit des vieux nuages qui passent et des forces aveugles qui butent. N’a-t-il pas le sens de la courte beauté dérobée et de l’accessible et longue beauté dérobable ? Le clef de l’amour, que le poète disait avoir trouvée, qu’il cherche bien : il l’a. Il ne tient qu’à lui de s’élever au-dessus du sentiment passager de vivre dangereusement et de mourir. Qu’il use, au mépris de toute prohibition, de l’arme vengeresse de l’idée contre la bestialité de tous les êtres et de toutes les choses et qu’un jour, vaincu – mais vaincu seulement « si le monde est monde » – il accueille la décharge de ses tristes fusils comme un feu de salve » 

 


 (Les vases communicants) « Une règle sèche, comme celles qui consiste à requérir de l’individu une activité strictement appropriée à une fin telle que la fin révolutionnaire en lui proscrivant toute autre activité ne peut manquer de replacer cette fin révolutionnaire sous le signe du bien abstrait, c’est-à-dire d’un principe insuffisant pour mouvoir l’être dont la volonté subjective ne tend plus par son ressort propre à s’identifier avec ce bien abstrait. » 

 


« Si je ne découvre aucun obstacle essentiel à la formation de ce « front unique » [de la poésie et de l’art] c’est qu’il me paraît évident que l’élucidation des moyens propres à l’art d’aujourd’hui, digne de ce nom, l’élaboration même du mythe personnel (le travail d’un artiste occidental consiste à créer un mythe personnel à travers une série de symboles – André Malraux) dont il vient de s’agir, ne peuvent finalement tourner qu’à la dénonciation des conditions dans lesquelles cet art, ce mythe, sont appelés à se développer, qu’à la défense inconditionnelle d’une seule cause qui est celle de l’émancipation de l’homme. » 

 


Ce que je sais, c’est que l’art, contraint depuis des siècles de ne s’écarter qu’à peine des sentiers battus du moi et du super-moi, ne peut que se montrer avide d’explorer les terres immenses et presque vierges du soi. » 

 


 « Aussi bien, dans ces conditions n’est-ce peut-être plus déjà de la création d’un mythe personnel qu’il s’agit en art, mais, avec le surréalisme, de la création d’un mythe collectif ( l’artiste est brusquement mis en possession d’un trésor mais ce trésor ne lui appartient pas…)

 

12/04/1963 

 

MUSIQUE

 

Acheter le disque : « Les sept paroles du Christ » (?) Tournebire (?)

 

13/04/1963 

 

LIRE

 

« Introduction à la médecine expérimentale » (Claude Bernard)

 

14/04/1963 

 

LECTURE

 

(Luc Thoré « Signification du phénomène urbain ») « Phénomène inéluctable pour la planète entière, l’urbanisation est la seule issue pour faire face au défi démographique. Elle concerne ou concernera tous les hommes et non plus quelques-uns » (…)

 « En plein milieu du jour, on s’enfourne dans les salles ou l’obscurité artificielle permet de projeter des images des champs, des forêts ou de la mer. » (Intéressante notion du cinéma qui, loin d’être dépréciative, doit être conservée et éclairée par l’œuvre) Des questions…

»La ville comme humanisation de la nature… » (Cela me semble faux dans la mesure où ma propre pensée individuelle de non-humanisme a pu naître et où je sens qu’elle participe d’un mouvement plus vaste, de la pensée collective immédiate et future…)

 « Dans le milieu urbain, l’histoire a remplacé la nature sauvage, et c’est pourquoi ce milieu est en soi plus humain que le premier. » (La vision individuelle ne constituerait-elle pas plutôt, en permanence, une démystification de l’histoire ; la coexistence même de bâtiments d’époques différentes plaçant la ville sur un plan situé en dehors du temps traditionnel, c’est-à-dire de l’histoire, mais nous introduisant dans un temps nouveau, peut-être l’absence de temps… ?)  (hypothèse explicative des vieilles maisons de Nevers et des enseignes et des buildings d’Hiroshima dans « Hiroshima »)

 « L’urbanisation est, en principe, le processus par et dans lequel la praxis humaine tend à organiser de manière rationnelle les conditions spatio-temporelles de la vie humaine. »

 

15/04/1963 

 

LIRE

 

Lire « Anthologie de la poésie baroque » (Yves Rousset chez Armand Colin et « La littérature de l’âge baroque » ( du même auteur)

 

16/04/1963 

 

CINÉMA – CRITIQUE DE FILM

 

« Le Procès de Jeanne d’Arc » (Robert Bresson)

 Bien entendu : un art de la rigueur. Mais il faut définir cette notion : Bresson a dit qu’il avait construit son film sur les paroles. On peut donc s’attendre à une mise en question du langage. Tout le film est centré autour de Jeanne, il est vu par elle, elle a cette volonté (qui est aussi celle de l’auteur) de scruter ce qui l’entoure, d’en prendre conscience pour y chercher un signe. Ainsi les paroles de Cauchon, aussi bien dans leur fond que dans leur forme, étroitement unis, elle les interprète comme un signe du Mal, et ses paroles à elle jaillissent directement des questions sans jamais s’égarer, car elle tire sa force de la connaissance du Mal, étant elle-même une envoyée du Bien. On sent chez elle, dans ses réponses, une volonté de « donner l’assurance », d’être, à travers son existence, signe du Bien. Cette attitude, concernant l’être profond de Jeanne, dépasse l’interlocuteur, signifie pour « tout le monde ». Le renoncement momentané de Jeanne s’explique par « la vue du feu » et les cris de la foule. Sa chair a pris le dessus sur sa conscience, elle a cessé de contempler le Mal, effrayée (fermant les yeux) et a perdu ainsi sa source de force. Le plus intéressant, peut-être, du film réside dans la reprise de Jeanne. Elle provient de l’ordre de l’évêque de quitter l’habit d’homme. Il y a ici (ce n’est qu’une interprétation) un passionnant essai sur la sexualité, merveilleuse violation des tabous, institution de la femme nouvelle. À fleur de peau, je prends conscience de l’originalité de cette vision d’une femme farouchement attachée à ses habits d’homme. Certains plans montrent Jeanne assise ou marchant, sans qu’on soit très sûr qui ne s’agit pas là d’un adolescent.

 Par-delà l’habit, c’est le corps qui est observé, Bresson ne fait pas de différence entre le corps masculin et le corps féminin, spiritualisant l’un et l’autre (habits de velours, étoffes sobres…) mais là où la magnifique révolution s’arrête, c’est sur cet escamotage de l’acte sexuel, auquel on pouvait s’attendre, dangereuse impasse à laquelle risquait de mener la vision première d’un corps uniforme et dans laquelle malheureusement Bresson ne manque pas de tomber : cette volonté de « rester vierge ».

 C’est en se révoltant contre l’ordre de l’évêque, et en prenant conscience de sa révolte, comprenant par-là qu’elle est l’esprit pur du Bien, que Jeanne trouve la force d’affronter sa mort.

 Un plan de la fin du film est très significatif : le plan de la croix tenue devant la mourante.

 En effet il y a ici un échange secret : ce plan peut être celui que voit Jeanne, y trouvant un signe du Bien, mais il peut aussi bien être une métaphore désignant la mourante. Il y a ainsi la reconnaissance du Bien (Jeanne) qui se fait en même temps expression du Bien (Jeanne encore). Il y a communion de signe à signe. L’uniformité du langage provient de la permanence de la fonction de signe de ce langage.

 

(Écrit peu de temps après) Le procès de Jeanne d’Arc est un modèle de vie. En en sortant, j’ai touché les tissus d’une autre façon…

 

17/04/1963 

 

CITATION

 

« L’aménagement de l’avenir ne devient possible qu’avec la statistique… Les calculs laissent filer les cas individuels à travers leurs mailles. Ils ne prévoient que pour les masses. La tension entre le futur et le présent, ou entre l’histoire et l’éternité, qui caractérise la civilisation urbaine, apparaît comme la métamorphose de l’ancienne contradiction, bien connue, entre le l’universel et le singulier ou comme l’envers de l’opposition entre le travail, tendu vers le futur, au profit de tous, et le loisir orienté vers la satisfaction personnelle dans le présent. » (Luc Thoré : « l’action populaire »)

 

19/04/1963 

 

VÉCU -femmes

 

Je vais te revoir bientôt. J’ai peur.

 

20/04/1963 

 

CITATION – POLITIQUE

 

« À la place de l’ancien isolement des provinces et des nations se suffisant à elles-mêmes, se développent des relations universelles, une interdépendance des nations. » 

 


« À un certain degré de développement de ces moyens de production et d’échanges, les conditions dans lesquelles la société féodale produisait et échangeait, l’organisation féodale de l’agriculture et de la manufacture, en un mot le régime féodal de propriété, cessèrent de correspondre aux forces productives en plein développement. » (Source inconnue) (Marx ?)

 

Commentaire du 9 février 2012 

 

Oui, la source est bien Marx (« Le manifeste du parti communiste »)

 

   Commentaire écrit à 65 ans

 

21/04/1963 

 

LIRE :

 

Lire Charles Lapicque : « Essai sur l’espace, l’art et la destinée »

 

22/04/1963 

 

CITATION – SCIENCE

 

« L’opinion » pense « mal : elle ne « pense » pas : elle traduit des besoins en connaissance. En désignant les objets par leur utilité, elle s’interdit de les connaître. » 

 


 « Avant tout, il faut savoir poser les problèmes. Et, quoiqu’on en dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce « sens du problème » qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas de question, il ne peut y avoir de connaissance scientifique. » (Bachelard : « La formation de l’esprit scientifique »)

 

23/04/1963 

 

CITATION – LITTÉRATURE

 

« Quand je suis en face de lui, je n’éprouve rien. N’est-ce pas là une parfaite définition du bonheur ? Il en est du bonheur comme de la santé, quand on l’a on ne le remarque pas. » (Raymond Radiguet : « Le bal du conte d’Orgel »)

 

24/04/1963 

 

CITATION – POLITIQUE

 

« Le 25ème point du programme phalangiste, soucieux de « la dignité de l’État et de l’intégrité nationale » recommandait implicitement la séparation de l’église et de l’état. À l’inverse, le second principe fondamental du régime actuel est un acte de soumission de l’État espagnol à l’église catholique romaine dont la doctrine inspire sa législation. » (Esprit n° 12) 

 


« Francisco Franco Bahamonde, généralissime des armées, chef de l’état et du gouvernement, chef du Mouvement, réunissant entre ses mains les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, ne répond de ses actes que devant Dieu et devant l’histoire. » 

 


« Aux Cortés, par exemple, quels sont ces « représentants naturels » [du peuple] ? Des « procureurs » dont la moitié est nommée par Franco, soit directement soit en raison de leurs fonctions (ministres, magistrats, recteurs d’université, maires de grandes villes…) auxquelles ils ont été appelés par Franco ; l’autre moitié est composée de notables « élus » dans les syndicats, municipalités, corporations, députations provinciales, etc. » 

 


« De même, au Conseil National Social des Syndicats, on entend ces « représentants naturels » des travailleurs, nommés par Franco : hiérarques phalangistes, généraux, marquis, évêques… » 

 


 « Le Syndicat y est défini [dans la Charte du Travail de 1938] comme un « instrument au service de l’état ». La lutte des classes y a été résolue par décret : ouvriers et patrons coexistent dans les mêmes syndicats et y harmonisent leurs intérêts en vue de l’intérêt national… d’où l’interdiction absolue du recours à la grève. » 

 


« C’est le pouvoir absolu d’un homme, qui conjugue en lui les prétentions théocratiques et démocratiques, dont l’activité, tournée vers l’intérieur, consiste à arbitrer sans appel entre les forces qui l’appuient : « Mouvement », Capital, Armée, Église ; à comprimer le peuple et à réprimer sans pitié toute velléité d’opposition, pour donner à l’extérieur l’impression d’Ordre et d’Unité nationale. » 

 


1/ Les directeurs des journaux sont désignés par le ministre de l’Information 2/ L’activité des journalistes est surveillée par le même 3/ Des consignes sont données aux journaux sur les thèmes à traiter, à ne pas traiter, à développer, à minimiser, etc…. » 

 


L’esprit critique des classes populaires espagnoles a fait échouer cette prétention (de la censure). 

 


On évalue, entre 1936 et 1943, à 480 000 le nombre des victimes de la liquidation intensive de la guerre et de la post-guerre civile dues aux massacres ordonnés par les généraux fascistes à Séville, à Badajoz, à Grenade, en Navarre…, à l’activité des tribunaux militaires à huis clos et aux exécutions sommaires dans les prisons… » 

 


En attendant cette réouverture promise de la guerre civile déclarée, « la guerre continue sans rafales de mitraillette, non sanglante, mais non moins vive et décisive » (1959) 

 


« Les petits patrons, victimes des discriminations d’une politique de grand capitalisme, accablés d’impôts, se ruinent lentement. » 

 


 « Le logement a aussi été sacrifié, jusqu’en 1957… Le rythme de la construction s’est accéléré, mais sans atteindre avec 50.000 logements annuels le rythme nécessaire pour satisfaire le besoin d’un million de logements qui s’accroîtra encore par l’expansion démographique et l’exode vers les villes. » 

 


 « Si de 1929 à 1956, l’indice de production industrielle a augmenté de 145%, l’indice de production agricole a baissé de 13%. » 

 


 « C’est la politique économique et financière tout entière du régime qui obéit littéralement au proverbe : « On ne prête qu’aux riches » (Cavestany – ministre de l’agriculture) 

 


« L’alimentation populaire des espagnols est à base de pain, d’huile, de pommes de terre, de tomates, d’oignons, de choux, de poireaux, de melons. » 

 


 « Il y a un vieux capitalisme espagnol (surtout basque et catalan), représenté au ministère par Gual Villalbi (1959), qui est favorisé dans la mesure où il a su s’intégrer au régime, comme le grand magnat Juan March, les grands propriétaires terriens et les banquiers. Mais il y a surtout le formidable essor d’un néocapitalisme franquiste d’actionnaires de SA et d’entrepreneurs sans scrupules. » 

 


 « Santiago Carrillo a raison d’affirmer que « en définitive », c’est à l’intérieur et non en France, ni au Mexique que se décide le sort de l’Espagne. » 

 


 « Ce qui m’inquiète c’est la dispersion de cette opposition ; ce qui frappe favorablement c’est sa jeunesse. »

 « Si elle ne veut pas vieillir dans les prisons d’Espagne et dilapider son capital d’ardeur juvénile, elle doit faire preuve de lucidité, être persuadée que Franco ne quittera le pouvoir que forcé, renoncer à l’idée d’une évolution pacifique du régime par libéralisation ou par voie monarchique, et à celle de l’effondrement brusque par désagrégation spontanée. » (Marius Gaudilliou) (?) 

 


 « L’influence du milieu du travail est, pour le moment, réduite en Espagne par la crainte du mouchardage et l’absence d’organisations syndicales libres. » 

 


 « La vie de famille se heurte à deux obstacles essentiels : l’un, la crise du logement… autre difficulté : l’éloignement du lieu de travail. »

 

25/04/1963 

 

VÉCU -femmes

 

C’est bel et bien fini. Ou, plutôt, ça n’a jamais commencé et je me demande si c’est possible…

 

26/04/1963 

 

avril 1963

 

CITATION – SCIENCE

 

« Accéder à la science, c’est, spirituellement, rajeunir, c’est accepter une mutation brusque qui doit contredire un passé. » 

 


« Il vient un temps où l’esprit aime mieux ce qui confirme son savoir que ce qui le contredit, où il aime mieux les réponses que les questions. »

 

(Bachelard)

 

27/04/1963  

 

CITATION – SCIENCE

 

LECTURE de « La formation de l’esprit scientifique » de G. Bachelard 

 

 « Par les évolution spirituelles que nécessite l’invention scientifique, l’homme devient une espèce mutante, où pour mieux dire encore une espèce qui a besoin de changer, qui souffre de ne pas changer. Spirituellement l’homme a besoin de besoins. » 

« Préciser, rectifier, diversifier, se sont là des types de pensées dynamiques qui s’évadent de la certitude et de l’unité et qui trouvent dans les systèmes homogènes plus d’obstacles que d’impulsions. » 

« À une même époque, sous un même mot, il y a des concepts si différents ! Ce qui nous trompe, c’est que le même mot à la fois désigne et explique. La désignation et la même ; l’explication est différente. » 

« L’épistémologue doit donc s’efforcer de saisir les concepts scientifiques dans les synthèses psychologiques effectives, c’est-à-dire dans les synthèses psychologiques progressives, en établissant, à propos de chaque notion, une échelle de concepts, en montrant comment un concept en produit un autre, s’est lié avec un autre. » 

 


 (Gérard Varet « Essai de psychologie objective. L’ignorance et l’irréflexion. » Paris 1938) 

 


« Nous examinons successivement le danger de l’explication par « l’unité » de la nature, par « l’utilité » des phénomènes naturels. Nous ferons un chapitre spécial pour marquer « l’obstacle verbal », c’est-à-dire la fausse explication obtenue à l’aide d’un mot explicatif, par cet étrange renversement qui prétend développer la pensée en analysant un concept au lieu d’impliquer un concept particulier dans une synthèse rationnelle. » 

 


 « C’est cette connaissance de l’objet que, dans notre dernier chapitre, nous examinerons dans toute sa généralité, en signalant tout ce qui peut en troubler la pureté, tout ce qui peut en diminuer la valeur éducative. Nous croyons travailler ainsi à la moralisation de la science, car nous sommes intimement convaincu que l’homme qui suit les lois du monde obéit déjà à un grand destin. » 

 


 « La pensée pré scientifique ne s’acharne pas à l’étude d’un phénomène bien circonscrit. Elle cherche non pas la « variation », mais la « variété ». 

 


D’après Gaston Bachelard, la science du 18ème siècle, au stade pré scientifique, n’est qu’un « spectacle » –-> « Pour Voltaire lui-même, la représentation extérieure, imagée, pittoresque prime des ressemblances intimes et cachées » (à propos des automates) 

 


« La connaissance commune est inconscience de soi. » (Edmond Le Roy) 

 


 « Sans la mise en forme rationnelle de l’expérience que détermine la position d’un problème, sans ce recours constant à une construction rationnelle bien explicite, on laissera se constituer une sorte « d’inconscient de l’esprit scientifique » qui demandera ensuite une lente et pénible psychanalyse pour être exorcisé. » 

 


 « Une expérience pour être vraiment rationalisée, doit donc être insérée dans un jeu de « raisons multiples ». 

 


« Nous ne saurions trop engager nos lecteurs à rechercher systématiquement des convergences scientifiques, psychologiques, littéraires. Qu’on arrive au même résultat par des rêves ou par des expériences, c’est, pour nous, la preuve que l’expérience n’est qu’un rêve. » 

 


 « L’abbé Poncelet ne manque pas de dénoncer par ailleurs « l’abus de termes qui a répandu d’étranges ténèbres sur les notions que l’on croit avoir des êtres abstraits ou métaphysiques » (comme le mouvement) »

 « Comme le dit très bien Marcel Boll, ce qui caractérise le savant moderne c’est l’objectivité et non pas l’universalisme : la pensée doit être objective, elle ne sera universelle que si elle le peut, que si la réalité l’y autorise. » Or l’objectivité se détermine dans la précision et dans la cohérence des attributs, non pas dans la collection des objets plus ou moins analogues. Cela est si vrai que ce qui limite une connaissance est souvent plus important, pour les progrès de la pensée, que ce qui étend vaguement la connaissance. En tout cas, à tout concept scientifique doit s’associer son anti-concept. » 

 


Lire Brice Parain 

 


 « On suit une métallurgie comme un raisonnement. La métallurgie contemporaine est un raisonnement : le thème abstrait explique les manœuvres industrielles. Une opération comme la distillation fractionnée, qui est plus monotone, est entièrement arithmétisée : elle procède presque comme une progression géométrique. La mystique de la répétition ne s’introduit donc pas dans un esprit scientifique moderne. » (À propos de la substantialisation d’un travail patient) – Cette phrase exprime, dans un sens marxiste peut-être, le passage du travail manuel traditionnel « mystifié » (période féodale et religieuse) à un travail « désincarné » qui demande une solution : elle me semble être, en fonction de ce que dit Gaston, dans une conscience de la manipulation industrielle orientée vers l’évolution du « thème abstrait », impliquant les gestes dans la pensée du travail. 

 


« Il est bien sûr que les pierres précieuses sont, dans nos sociétés, les valeurs matérielles indiscutables. » – [D’après l’analyse de Gaston il semble que cette définition des valeurs (les pierres) ne soit pas un arbitraire mais corresponde à un stade de la pensée. Ainsi la notion arbitraire peut n’être que « polémique ». On traite d’arbitraire tout ce qui est fondé sur une structure mentale différente de la sienne et se situant un stade antérieur et dépassé de l’évolution mentale, peut-être non seulement dans l’histoire mais encore dans l’évolution interne de la pensée individuelle.] (1) 

 

(1) Par-dessus le texte entre crochets a été portée la mention « baratin » 

 


R. et Y. Allendy « Capitalisme et sexualité » 

 


 « On ne peut pas compléter une expérience qu’on n’a pas soi-même commencée dans son intégrité. On ne possède pas un bien spirituel qu’on n’a pas acquis entièrement par un effort personnel. » 

 


 « La vie marque les substances qu’elle anime d’une « valeur » indiscutée. Quand une substance cesse être animée, elle perd quelque chose d’essentiel. »

 

27/04/1963 

 

 IDÉE SCÉNARISTIQUE – ÉBAUCHE

 

Notes pour le film : des ballons de papier sortant des cheminées. Des rubans rouges flottant aux cheminées.

1er plan : Travelling avant par l’entrée du 10 Rue Madeleine Michelis et panoramique vertical jusqu’au toit.

Commentaire : ( Toute la première partie du film doit avoir ce ton « d’histoire » ) « Quand on a longtemps marché dans le souterrain obscur, arrivé à la lumière au bas des escaliers où passent parfois des silhouettes blanches, on sait que plus haut, très larges, comme une nouvelle terre, s’étendent les toits de la ville… »

musique Sicilienne de la sonate en mi-bémol majeur pour flûte et clavecin et peut-être l’allegro final.

Lieux pour ce film : 12 Villa Eylau ( 44 Av. Victor Hugo ) –19 Av. Kleber –168ter Av. de Neuilly ( 173 ? ) –Façade des 9 et 11 Rue Vérien ( Neuilly ) 

 

30/04/1963 

 

CITATION – LITTÉRATURE

 

Querelle des anciens et des moderne : (thèse des modernes) « La nature est toujours la même en général dans toutes ses productions ; mais les siècles ne sont pas toujours les mêmes ; et, toutes choses pareilles, c’est un avantage à un siècle d’être venu après les autres. » (Perrault) (parallèle avec la notion de cycle marxiste ? – on aborde d’ici le problème du temps et du progrès)

 

01/05/1963 

 

CITATION – LITTÉRATURE

 

« La mort triste » (Histoire comique des États et Empire du Soleil) « Ceux d’entre nous qui ont la voix la plus mélancolique et la plus funèbre sont délégués vers le coupable qu’on porte sur un funeste cyprès. Là, ces tristes musiciens s’amassent autour de lui et lui remplissent l’âme, par l’oreille, de chansons si lugubres et tragiques que, l’amertume de son chagrin désordonnant l’économie de ses organes et lui pressant le cœur, il se consume à vue d’œil et meurt suffoqué de tristesse. »

 

02/05/1963 

 

 IDÉE SCÉNARISTIQUE

 

( Au royaume des oiseaux ) 

– Plan 1 : panoramique lent et assez court jusqu’à cadrer un pigeon qui s’envole dans le sens du mouvement de caméra ( bruit d’ailes de l’oiseau ) 

« Ceux d’entre nous qui ont la voix la plus mélancolique… » 

– Plan 2 : fixe sur une corneille qui s’envole dans le sens inverse du premier. ( bruit d’ailes ) 

« …et la plus funèbre… » 

– Plan 3 : Plan général d’une partie de forêt où les cyprès voisinent avec des bouleaux. ( silence d’ailes) 

« …sont délégués vers le coupable qu’on porte sur un funeste cyprès. » 

– Plan 4 : Panoramique lent sur des feuillages mouillés de pluie ( bruit d’ailes ) 

« Là, ( on désigne un endroit ) ces tristes musiciens s’amassent tout autour et lui emplissent l’âme, par l’oreille, de sons si lugubres et si tragiques que, l’amertume de son chagrin désordonnant l’économie de ses organes… » 

– Plan 5 : Travelling arrière s’éloignant d’un homme assis, la tête dans ses mains, immobile. 

« …et lui pressant le cœur, il se consume à vue d’œil et meurt suffoqué de tristesse… »

( Tout de suite après la fin du commentaire : musique ? ) 

– Fermeture au noir.

 

03/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

La vraie rigueur ne consiste pas à écarter certaines pensées nées en nous, mais à n’avoir jamais eu en soi ces pensées.

 

04/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

Miracle ! La notion de « fin » m’apparaît soudain acceptable… Tout est une question de moyens (ça se concilie avec Bachelard et Laborit) : On se fixe une fin, un but donné, et la pensée intuitionnelle, par-dessus le raisonnement, découvre les moyens d’y accéder. Mais le temps n’est pas dilué, ainsi, car LA NOTION DE FIN DOIT ÊTRE VÉCUE AU PRÉSENT PAR LE CHERCHEUR… La finalité n’est pas le terme d’un voyage, elle est rationalisation de l’intuition : si bien que ce n’est pas la fin qui justifie l’intuition (les moyens) mais l’intuition qui justifie la fin… Les deux notion sont du même ensemble, dans le même temps… Le chercheur moderne doit s’entraîner à se fixer une fin et à l’atteindre le plus vite possible, par l’intuition… Une question (la finalité) non résolue risque, à moins d’un dur exercice, de perdre ses valeurs « d’actualité » et nous pousse à employer d’autres moyens de l’atteindre que l’intuition. Mais, arrivé à un certain stade de la recherche intuitive, les questions se résolvent très vite et à un autre stable plus lointain, elles ne peuvent plus se poser, on ne sait plus dans quelle direction en marche, quel est le but… (pour l’instant)

 On ne peut pas ramener la recherche intuitionnelle à la poursuite de finalités « sociales » recherchées par la société car on s’aperçoit assez tôt que ces finalités sont dépassées, elles ne suffisent pas. Il n’y a donc pas de scrupules à avoir pour prendre ces finalités, « sociales » ou non, comme des prétextes, car l’intuition ayant atteint un premier but, continuant sur sa lancée, elle se jette à la poursuite d’une nouvelle fin, née à la fois de cette intuition qui a besoin à prétextes et de la finalité précédente. Ainsi l’intuition d’un moment contient les intuitions de tout le temps, et, en ce qu’elle est en elle-même le principe d’une résolution d’un temps « problématique », d’une concentration d’un univers en convergence, elle constitue en elle-même une morale mais une morale constamment réalisée, à la différence de la morale traditionnelle. Cette morale est collectiviste puisque l’intuition nécessite les prétextes des finalités collectives, sociales. L’interdépendance de l’intuition et du social les range dans le même ensemble, dont chacun des deux éléments est aussi le tout, et de cette façon la morale intuitionnelle est également morale « socialiste »… (pour l’interdépendance Cf. Paul Guillaume – notes sur la « Psychologie de la forme »)

 

05/05/1963 

 

RÉFLEXION – SCIENCE

 

La morale intuitionnelle est la morale du « savant dans la cité » (hommage à Tonton Bachelard)

 

06/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

Si les intuitions se succèdent, s’il n’y a pas une intuition, c’est bien lorsqu’on les considère comme réponse aux questions posées, c’est-à-dire sur le plan du langage, de « l’explicitation »

 

06/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

« L’invocation des prétextes sociaux de l’intuition est une sorte de rationalisation de la recherche, à cela près que cette rationalisation est une projection abstraite seulement d’une certaine façon, dans un « abstrait » vécu qui peut avoir le goût exaltant des cafés ouverts la nuit. Cette rationalisation est une « utilisation », un mode de rendre utile à la société l’intuition. La notion d’utilitarisme doit donc être englobée dans la morale intuitionnelle mais elle n’est pas une morale à elle seule.

 

07/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

La nécessité de  » prétextes » sociaux se ramène à la nécessité d’établir l’abstrait dans le concret.

 

07/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

Si l’intuition justifie la finalité, c’est que, pour parvenir à l’abstrait (micro durée – non-temps) il faut passer par le concret (finalité = langage)

 

08/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

Voilà résolu le problème de l’espace. 

 


Pour parvenir à l’abstrait, il s’agit « d’épurer » le concret. C’est le rôle du mouvement qui fait sentir la non-opacité de la matière, qui fait sentir la tendance des objets à éclater, à diluer leur matière corpusculaire, et à se concentrer en un espace universel. 

 


L’espace, le rien a ainsi l’opacité nouvelle d’une nature transformée en convergence. (Pas), le tout.

 


08/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

« Le temps passe ou ne passe pas, c’est la même chose. » 

 


Un temps très long, très étendu, équivaut au temps très court de la micro durée, ce temps très étendu, c’est celui qui « ne veut pas passer ». 

 


Peut-être sont ce des temps humains, mais peut-être non, les théories de l’univers convergent tendraient à le prouver..

 

Commentaire du 21 novembre 2011 

 

Carnets encore… car je repense à cette notion de « micro-durée » conçue à 16 ans (sic ! ) : j’avais été frappé par le fait que dans certains cas (le rêve – l’intuition – le réflexe) on trouvait, concentrée dans une durée très brève, une « micro-durée », une série d’opérations psychiques très nombreuses et complexes, qui étaient comme « repliées » dans cette « micro-durée », mais qui, si on les « dépliait », occuperaient une durée infiniment plus longue…Je ne suis pas allé plus loin que cette simple notion, mais, presque 50 ans plus tard, j’ai découvert, en relisant mes carnets, qu’elle était réellement prémonitoire, en ce qu’elle anticipait sur l’irrésistible évolution qu’a suivie notre société, à travers l’informatique, le développement des communications, la multiplication des déplacements et l’accroissement de la vitesse : certes, la « micro-durée » ne siège pas dans le cerveau de l’individu (sauf cas évoqués au début), mais dans cette sorte de « psychisme planétaire » qui est comme une « extension » du psychisme individuel 

 

   Commentaire écrit à 65 ans

 

08/05/1963 

 

LECTURE

 

Lire Francis Ponge

 

09/05/1963 

 

RÉFLEXION

 

À quand la sémantique ?

 

09/05/1963 

 

Carnet terminé le 09/05/1963

 

 

Mers carnets personnels depuis 1963