VÉCU

Je viens de passer un examen de cardiologie. 14,8 de tension ; « Cœur normal. Pas de lésion. Sujet anxieux » : voilà comment on recouvre d’un mot la réalité. J’étais fou de croire que je pourrais échapper au service militaire : Je ne crois pas que je serais réformé… J’y passerai, comme tout le monde.


Comment faire pour être réformé ?


Si je dois y passer, c’est emmerdant à cause du problème numéro un : boulot. Revenant du service,  il me sera bien plus difficile de trouver du travail. Tout au moins, il faudrait que j’entre au S. C. A. . Ce serait toujours mieux que rien. J’ai envie d’écrire à L. pour lui  exposer mon cas. Peut-être m’indiquera-t-il un moyen de m’en sortir ? Et puis il faut que je pense à mon sursis… Si je ne m’en occupe pas, ça me retombera sur la gueule.

1966.03.02

La lutte ? Oui. Y compris l’amertume de la défaite… ?


De toute façon, on est vaincu. Même si on ne se bat pas. Alors : autant se battre ; pour la vie, pour la beauté de la chose, par désespoir… ?


Pour l’homme… ?


Aujourd’hui : angoisse sensationnelle (à cause des deux cafés que j’ai pris pour faire augmenter mon rythme cardiaque)

Note écrite à 19 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *