VÉCU – AGNÈS – INNOCENCE

Agnès, quand je revois le passé, vers 1990, ce qui m’importe, c’est ceux que nous étions tous les deux, dans le vierge verger de l’innocence en fleurs, toi jeune fille non encore effleurée par le monde et moi, père-enfant, dans ses quarante ans restés pleins d’enthousiasme et de crédulité…

– Note écrite à 68 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *