VÉCU – CINÉMA – HUSTON – « AFRICAN QUEEN »

Ciné-club Voltaire : Jacques Demeure : prise de conscience de l’absurde ( » De Tom Mix à  James Dean « )


de Becker ?


victoire sur la mort (dépassement de  » Key largo « ) →


3 plans : — film d’intimité (malgré le plein air) — acteurs — scénario (lié à la mythologie)


Acteurs : Bogart et Hepburn avait déjà créé une mythologie (portée à son point de perfection) Huston retourne ces deux mythes (sangsues)


Mais : ici pas une valeur de sarcasme (retour au naturel)


rapports hommes-femmes : « Hatari « 


● Progression (tout le monde d’accord) mais dans quel sens ?
● Retour au mythe mais épuré ?
● Rédemption (Bogart redevient lui-même. Hepburn redevient élégante)
● Dépendance à la fin. Au début : supériorité (anti-mythe) la nature décrasse
● Jeu des acteurs : pas naturel  parce que au début les acteurs jouent un [jeu], un rôle
● Comme le bateau : ballottés. L’homme est annihilé (c’est le ciel qui agit)
● Les acteurs se décrassent et arrivent à des rapports humains
● Ça tient du [miracle]
● Acte de foi. Humanisme
● Miracles : sens dérisoire. Huston met en question l’ordre divin dans le monde.
● Une seule chose peut ordonner l’absurde = l’amour (fin. Pendaison = blanc et bleu)
● Mise en scène et prise de vues extraordinaires
● Accession au détachement
● Au départ : mythe parce que posés comme individualité → dégradation de l’individualité
● 2 mises en scène : l’une du dialogue, une de la nature = synchro
● Trop de niveaux dans ce film. Ni acteurs ni personnages (pas dans le film et pas acteurs)
● Il faut être docile
● Gens hors du temps et de ce qui leur arrive
● Rapports entre les personnages. Tout le reste est contingent (Agel)
● Contradiction entre dialogue des personnages #combat avec la nature → défaut
● Ambiguïté
● Exemple : Bogart se moque des hippopotames. Huston ne s’intéresse pas à la nature. Seul intérêt : dimensions intime
● Il ne veut pas se laisser bouffer par la nature
● Huston ami de Flaherty
● Huston a fait du théâtre ( » Huis-clos « )
● On sent le fond de la nature (C.)
● C. # Ch.
● Oui : (sangsues)
● # on ne voit jamais la nature
● Mise en scène : académique
● Unité de lieu (bateau)
● Pas de contact entre les gens et la nature
● Agel : balancement entre le  » Hatari  » et  » Brève rencontre  »
● Mis en scène : théâtral : non. Tout est justifié (G. P.) par rapport au mouvement du bateau
● Minelli : cinéma = rapports entre un homme et un décor
● Cinéma n’est pas théâtre (← visages)
● Agel : il faut être naïf → Ch. : il connaît les idées de Huston à partir de l’idée qu’il se fait de Huston
● Agel :  » J’aime les visages humains, c’est ce que je préfère dans le cinéma  »
● Certains éléments de dramatisation qui rompent cela (plans d’ensemble du bateau sur les rapides)
● Importance de l’eau

Note écrite à 19 ans

2 réflexions sur « VÉCU – CINÉMA – HUSTON – « AFRICAN QUEEN » »

  1. Jacques Demeure. Je l’ai vu plus tard, à la Cinémathèque. Il est mort il y a quelques années, devenu pratiquement SDF selon certaines sources;

    Je me demande pourquoi je n’étais pas à cette séance du ciné-club, en principe je n’en manquais pas une.

    Une fois, nous avons eu (hors ciné-club, mais dans la même salle) la venue de Jacques Prévert, qui a récité des poèmes. Bernard D. ne s’en souvient absolument pas. Et toi ?

    Relativité de la mémoire….

  2. Moi non plus. Je crois que nous en avons déjà parlé et que je t’ai dit que je me souviendrais si j’avais vu Prévert, que ça m’aurait marqué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *